Inteview de timothée hochet

Comment Timothée Hochet a lancé sa carrière d’auteur-réalisateur grâce à Youtube

Je vous avais promis du très lourd, et j’aime tenir mes engagements. Je suis très honorée de pouvoir vous proposer aujourd’hui une interview de l’un des Youtubeurs les plus talentueux qui existent : Timothée Hochet. De Youtube à Canal +, il partage avec nous son parcours pour nous inspirer.

Timothée Hochet

Dans cet article, on va parler de :

  • Timothée Hochet, et du côté #FanGirl qu'il éveille en moi.
  • YouTube (Parce que c'est de là qu'il vient)
  • Canal + (Parce que c'est avec eux qu'il travaille maintenant)
  • Comment vivre de sa passion pour le cinéma, à travers le parcours de Timothée Hochet qui est passé de Youtubeur humour lambda, à auteur-réalisateur d'une expérience auditive exceptionnelle sur Canal+.

C'est qui, Timothée Hochet ?

Attention, je vais me fâcher si vous me dîtes que vous ne connaissez pas Timothée Hochet. Non c’est une blague, moi-même j’ignorais son existence jusqu’à l’année dernière.

Pour la petite histoire

Tout a commencé quand mon ami Steven m’a forcé à regarder une de ses vidéos en entier parce que, je cite : “Tu vas voir, la rousse est bonne.” (Bisous Nevets)

La jeune femme rousse de son court métrage “Sophie”, était en effet très jolie. Mais ce n’est pas ce qui m’a le plus parlé dans son travail. D’ailleurs, si vous êtes prêt à briser votre coeur proprement, jetez-y un coup d’oeil.

Un YouTubeur qui a grandit

Même si je n’aurais peut-être jamais connu Timothée Hochet si Steven n’avait pas une obsession pour les rousses, il n’y a qu’à jeter un oeil à ses plus vieilles vidéos pour constater que ça fait déjà 5 ans qu’il s’est lancé. 

Au début, avec des vidéos assez classiques.C’était l’époque des podcasts, et il a commencé comme tout le monde, en faisant des vidéos humoristiques. 

Petit à petit, son univers devient plus professionnel et plus sérieux, comme avec le court-métrage “Sophie”, dont je viens de parler. Aujourd’hui, il réalise l’incroyable série auditive “Calls”, diffusée sur Canal +.

Calls, la série auditive qui a définitivement fait de moi une groupie hystérique de Tim Hochet

Je n’ai pas connu la chaîne de Timothée à l’époque où il faisait des podcasts humoristiques. J’ai donc, plus ou moins, toujours été habituée à son style grave et poignant. Mais avec ses sa série “Calls”, il m’a complètement fait adhérer à son univers. Vous l’aurez compris, je suis complètement fan.

fangirling
Moi quand Timothée a accepté de répondre à mes (palpitantes) questions

Il faut savoir que je suis le genre de meuf hyper casse-bonbon qui trouve la majorité des films et séries stupides et sans intérêt. Pour m’accrocher, il en faut beaucoup. Je suis surtout une adepte de scénarios vraiment prenants, et avec Calls, j’ai été servie.

Plus qu'une simple série sans images : une véritable expérience auditive

C’est étonnant parce que je ne me suis jamais intéressée aux séries auditives. Je ne sais pas pourquoi, mais moi j’aime les images. 

Honnêtement, je ne pensais pas être secouée à ce point juste en écoutant Calls. Je n’ose pas trop en dire, de peur de vous gâcher la surprise, alors je ne peux que vous conseiller d’en regarder un pour comprendre ce concept étonnant.

L'interview de Tim Hochet

Quel âge as-tu ? Et quel est ton métier exactement ? Parce que tu sais faire tellement de choses qu’on s’y perdrait presque !

J’ai 23 ans, je suis auteur-réalisateur de fiction (court métrage ou série).

Quand, comment et pourquoi t’es-tu lancé sur Youtube ? Raconte-nous l’histoire de ta chaîne, et surtout de son évolution par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui.

J’ai créé une chaîne YouTube tout simplement car Dailymotion commençait à devenir obsolète. J’y postais des vidéos pour des amis, des petits montages, etc … à cette époque, la notion de Youtubeur n’existait pas. YouTube était comme une vidéothèque en ligne, pour moi.

Puis j’ai commencé à faire des petites vidéos humoristiques pour le plaisir. C’était l’explosion ds podcasts et j’avais envie d’en faire pour faire rire mes amis. 

Les podcasts ont fonctionné en dehors de mon cercle d’amis et j’ai commencé à avoir une petite communauté de 50 000 abonnés qui aimait ce que je faisais. Mais rapidement, moi, je n’aimais plus ce que je faisais.

Ma passion du cinéma grandissant en parallèle (je regardais beaucoup beaucoup de film, le cinéma a fait partie de mon éducation personnelle, mes parents ne regardent pas vraiment de films).

Je voulais donc arrêter de faire tout le temps la même chose (je ne sais pas comment font certains Youtubeurs aujourd’hui pour faire encore des podcasts, le processus est vraiment répétitif et pas très créatif).

A ce moment la, j’ai perdu la majorité de ma communauté.

J’ai donc commence à faire des sketchs humoristiques, puis des courts métrages sans humour, dramatiques. Au fur et à mesure, je voulais que mes courts métrages soient plus ambitieux et plus profonds. 

Chaque projet était rempli d’erreur et j’aimais cette possibilité d’apprendre des erreurs et d’avoir un retour sur mon travail grâce au peu de communauté qui restait.

Quels sont les projets en cours dont tu peux nous parler ?

Je n’ai rien sous contrat mais je travaille sur une idée de long métrage.

Pourquoi avoir changé ton pseudonyme (Mr Frisé) ?

Mr Frisé était le pseudo des podcasts, pour moi. Du coup j’ai arrêté avec ce pseudo haha. En plus je suis même pas frise, j’étais bouclé a l’époque. Ça aurait dû être Mr Bouclé.

Pourquoi avoir arrêté les « podcasts » que tu faisais autrefois ? N’as-tu pas peur d’avoir perdu une certaine partie de ton audience de cette manière ? En proposant un contenu moins « mainstream », qui s’adresse à un public plus ciblé ?

Ah ben du coup j’en ai déjà parlé haha ! Je savais que j’allais perdre une grosse partie de ma communauté. J’ai pris cette décision de suivre mon instinct artistique, et je ne l’ai jamais regretté. Si j’avais continué les podcasts, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Depuis cette décision, je ne fais que suivre mon instinct et tout se passe bien !

Comment décrirais-tu « Calls » ? Comment expliquerais-tu le concept de la série auditive à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler ?

C’est une expérience audiovisuelle. 10 enregistrements audio, 10 histoires angoissantes. Aucune image. Vous êtes seuls dans le noir. Laissez votre imagination faire la mise en scène.

Comment t’es venu ce concept d’expériences auditives ? C’est quelque chose qui commence à se populariser mais qui était encore totalement inconnu au bataillon quand tu t’es lancé.

Les saga mp3 existent depuis longtemps mais je n’en ai jamais écoute énormément. Avant tout, c’était une idée de faire un court métrage sans image et de laisser l’interprétation à l’internaute. Je n’ai pas du tout pensé au côté fiction audio a la base.

Comment en es-tu arrivé à être contacté par canal +, d’ailleurs ? Comment as-tu vécu cette opportunité ?

C’est Lorenzo Benedetti, producteur du studio bagel (j’ai fait des making-of pendant 1 an avec eux, ils m’avaient aussi produit quelques courts métrages). Il avait vu le court métrage et il m’a proposé de l’adapter en série. C’est ensuite lui qui l’a vendu à canal +. J’étais très heureux de savoir que ça allait se faire. C’était mon premier projet pro de cette envergure. J’étais excité d’avoir l’opportunité de pouvoir faire quelque chose d’unique sur Canal.

À partir de quand ta passion pour le cinéma a-t-elle commencé à te rapporter de l’argent ? As-tu dû exercer un travail « alimentaire » à côté ?

J’ai pu vivre de l’audiovisuel a partir de 2015, quand le Bagel m’a pris en making of. Cependant, c’est seulement cette année, 2017, ou j’ai pu vraiment vivre de quelque chose que j’ai créé. Avant d’arriver sur Paris, j’ai travaillé une année dans un Quick a Valence.

Penses-tu qu’il est plus facile de vivre de sa passion aujourd’hui grâce à Internet, même si le septième art a souvent été considéré comme un domaine réservé aux stars Hollywoodienne ?

Je pense qu’Internet est un outil superbe pour atteindre le monde du cinéma (ou TV)  mais il me paraît de plus en plus difficile de vivre de sa passion maintenant sur Internet..

D’après toi, mieux vaux choisir une vocation qui passionne mais qui rapporte peu d’argent ou faut-il sécuriser son avenir avec un boulot qui nous ennuie à mourir ?

Tu t’imagines bien que je vais choisir la première option haha. J’ai toujours écoute mon instinct et je n’ai jamais rien fait que pour l’argent dans l’audiovisuel. En 2017, j’ai eu quelques propositions de projet qui m’aurait assuré financièrement, mais j’ai décidé de me concentrer seulement sur Calls. Je pense que c’était essentiel pour moi. Et même si j’ai gagné moins d’argent que ce que j’aurais pu gagner, je ne regrette rien.

Quels sont les conseils que tu te donnerais à quelqu’un qui souhaite suivre ton parcours ?

Suis ton instinct. Rapproche toi des personnes qui t’encouragent et éloigne toi de ceux qui te rabaissent. Fais des choses. Fais des choses. Fais de la merde et évolue. Tout art est critiqué, l’artiste que tu adores est haï par beaucoup de personne alors ne t’arrête pas si on te critique violemment. Continue. Si t’as un portable tu peux faire des films. Le montage peut d’apprendre sur internet. Le reste viendra. N’attends pas les études pour faire des choses, car elles ne rapporteront que de la théorie. Être réalisateur/trice ne s’apprend pas en théorie selon moi. Il faut te former sur le terrain. Mets des choses sur internet ou en festival. Au bout d’un moment, si tu fais ça par passion, quelqu’un te reperera.

En conclusion

Encore une fois, merci Timothée de nous avoir éclairé sur le métier d’auteur-réalisateur. Je tenais à vous le présenter parce que j’aime beaucoup son travail et que je pense que ce parcours peut inspirer les cinéastes parmi vous à se lancer sur le web pour vivre de sa passion.

Certes, Timothée nous dit que c’est de plus en plus dur, mais ce n’est pas impossible. Si vous hésitiez encore, pensez un peu à ce qu’on aurait manqué si Timothée n’avait pas osé montrer son travail sur Youtube ? 

Pas de Calls, pas de Mélanie en PLS incapable de dormir seule le soir. #fragilitey

istillbelieve

Rating: 4.5. From 2 votes.
Please wait...

2 commentaires sur “Comment Timothée Hochet a lancé sa carrière d’auteur-réalisateur grâce à Youtube

  1. Magnifique cette interview, tout ça me donne envie d’écouter CALLS, j’essaierai sans doute demain si j’ai le temps.

    No votes yet.
    Please wait...
    1. J’étais sûre que ça allait t’inspirer ♥ Tu me diras ce que tu en penses 🙂

      No votes yet.
      Please wait...

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *